Communiqués

Le Centre national de la musique dévoile les résultats de l’étude qualitative « L’expérience des spectacles musicaux »

L’expérience spectateur dans les concerts et les spectacles de variétés : le CNM publie une étude qualitative exploratoire pour que les professionnelles, les professionnels et leurs partenaires s’emparent des enjeux d’une reprise durable du spectacle vivant musical.

© Christophe Crénel pour le CNM

Dès la création du Centre national de la musique, le 1er janvier 2020, la question de « l’expérience spectateur » lors des concerts musicaux a été identifiée comme un sujet majeur, avec pour objectif l’analyse, le renouvellement et l’enrichissement du lien entre le monde du spectacle live et le public, dans un environnement concurrentiel et un temps d’attention disponible toujours plus limité. 

Une étude a été confiée au cabinet QualiQuanti, qui a travaillé dès 2020 dans un contexte exceptionnel marqué par l’arrêt des spectacles et les confinements successifs. Sa publication, en ce printemps 2022, alors que démarre le Printemps de Bourges, prend tout son sens à l’heure où la reprise du spectacle vivant doit désormais être consolidée, tant du point de vue de l’activité de création, de la transition écologique et numérique du spectacle vivant, que de l’expérience spectateur.

Les enseignements de l’étude – en résumé

La relation au public à un moment crucial

Après deux années de confinements et de reprises en pointillé, la relation des publics au spectacle vivant musical et de variétés a été suspendue, voire rompue, et à coup sûr dégradée. Les peurs diverses, les difficultés économiques, en particulier du fait de la reprise de l’inflation, la raréfaction des artistes internationaux sur nos scènes, la modification des habitudes de consommation et d’achat de billets, notamment chez les plus jeunes, sont autant de menaces qui pèsent sur la reprise. Privés de spectacles, certains ont perdu l’habitude de prendre le chemin de la salle de concert.

La plupart des questions relatives au lien entre le public et le spectacle se posaient pourtant déjà avant l’irruption du Covid. L’étude met ainsi bien en valeur les nombreux « irritants » susceptibles de différer, voire d’annuler les envies de spectacle et la décision de passer à l’acte en achetant un billet. Prendre en compte ces sujets est désormais une nécessité : même si les registres sont différents, le monde du sport et du loisir, la place des écrans et des plateformes de streaming vidéo en particulier sont autant de concurrences qui, à bien des égards, ont déjà développé des expériences et des relations enrichies avec leur public qui sont un défi pour le monde du live.

Le travail à conduire par les professionnelles, les professionnels et leurs partenaires sur l’offre de spectacles est en conséquence primordial. Toutes les salles, tous les lieux, tous les festivals ne sont pas égaux devant ces défis qui supposent souvent la mobilisation de moyens financiers considérables, en particulier si l’on évoque la gestion des données et l’utilisation des outils digitaux, mais aussi les investissements « en dur ». Cette démarche doit s’inscrire dans la durée, reposer d’abord sur une analyse de l’existant et des attentes du public, différent d’une région à une autre, d’un style de musique à l’autre, puis, dans une logique d’investissement et d’innovation.

L’expérience spectateur : une approche holistique

Loin de se résumer à la seule expérience du temps du concert et du spectacle, « l’expérience spectateur » est un tout que l’étude caractérise parfaitement et qu’il est nécessaire de prendre en compte dans son intégralité, de l’amont – l’information, l’achat du billet, en digital ou en physique, le déplacement, l’hébergement – jusqu’à l’aval – l’immédiat après-spectacle, le suivi de la relation à moyen et long terme… –, sans oublier le déroulement du spectacle lui-même. L’étude souligne ainsi la nécessité de travailler sur l’information suffisante des spectateurs, sur l’accueil lui-même, sur la qualité du son – cela devrait être évident, s’agissant de musique, et pourtant… –, sur la prise en compte des enjeux environnementaux et aussi sur l’interactivité tant appréciée avec les artistes et avec les autres spectateurs.

Le CNM aux côtés des professionnels pour se saisir des enjeux de l’expérience spectateur

Les résultats de l’étude exploratoire publiée aujourd’hui doivent permettre aux professionnels du spectacle vivant musical et de variétés de se saisir de ces enjeux majeurs pour garantir une reprise durable du secteur. Dès 2022, le CNM lance un programme pluriannuel d’investissement doté de 30 M€ ainsi qu’une aide à la transition écologique qui participera de cette nouvelle relation avec le public.

L’objectif de cette démarche est simple et vertigineux à la fois : aider les professionnels à enrichir encore l’expérience de leur public, c’est-à-dire la rendre plus grande, plus belle, plus satisfaisante, plus fidélisante, de manière que les artistes puissent se produire devant des salles toujours plus pleines et enthousiastes.

L’auteur : Daniel BÔ

PDG-fondateur de l’institut d’études QualiQuanti et de Brand Content Institute, diplômé d’HEC et de Sciences Com, ex-publicitaire, il est connu pour ses écrits sur les médias, le brand content et les lieux de marque.
Il vient de publier Big Quali.
La puissance des études qualitatives à l’ère du Big Data.

QualiQuanti

QualiQuanti est à la fois un institut d’études et un laboratoire de recherche.
QualiQuanti produit des contenus à haute valeur ajoutée et à forte dimension créative, qu’ils prennent
la forme de rapports d’études, de conférences, de blogs, de vidéos ou d’ouvrages.