Actualités
Nos services
International
Ressources
À propos du CNM
CNM » Communiqués » Le Centre national de la musique révèle les certifications export 2022

Le Centre national de la musique révèle les certifications export 2022

Publié le

– mise à jour le



Le Centre national de la musique dévoile les albums et singles français les plus écoutés à l’international et annonce un disque d’or, de platine ou de diamant pour 149 artistes, soit un nombre d’artistes « certifiés » en hausse de +39 % par rapport à 2021.



Ce mercredi 10 mai 2023, le Centre national de la musique publie les certifications des écoutes à l’international des artistes produits en France, en partenariat avec le SNEP. Aux côtés d’artistes déjà établis à l’export tels qu’Aya Nakamura, Stromae, Petit Biscuit ou encore Angèle, plusieurs artistes certifiés pour la première fois rencontrent un important public hors de nos frontières comme Orelsan, Sofiane Pamart ou encore Oxlade dont le titre « KU LO SA » est certifié 3x Diamant.

Les performances de la production française et francophone à l’international témoignent de son dynamisme et de sa forte diversité

L’export de la musique française se porte bien. En 2022, on comptabilise 326 certifications, dont 279 singles et 47 albums, soit une augmentation conséquente de +38 % (toutes certifications confondues) par rapport à 2021.

En 2022, ce sont 63 nouveautés qui sont certifiées à l’export (albums ou singles sortis en 2021 ou 2022). Ce chiffre, stable par rapport à 2021, appelle une attention particulière dans le contexte d’un marché mondial en forte croissance. Parmi ces nouveautés, 11 titres parviennent à passer un nouveau seuil en moins d’un an. C’est le cas de Gjon’s Tears dont le titre « Tout l’univers », troisième au concours de l’Eurovision, totalise déjà plus de 55 millions de streams et passe de la certification Or à Platine. Plusieurs artistes obtiennent quant à eux une certification à l’export pour la première fois. C’est le cas de Tayc qui, avec plus de 47 % d’auditeurs basés à l’étranger, obtient un nombre important de certifications : Platine pour « D O D O », Or pour « Le temps », « P A S C O M M E C A » et « N’y pense plus ». Son album Fleur froide atteint quant à lui la certification Platine. C’est aussi le cas de Sofiane Pamart dont l’album Planet est certifié Or à l’export.

Avec des certifications pour des artistes relevant d’esthétiques allant du metal (Carpenter Brut), à l’électro swing (ProleteR sur son titre « April Showers »), en passant par la rumba (Fally Ipupa) ou encore la pop (L’Impératrice), ces résultats révèlent la diversité musicale française et attestent de sa grande capacité de développement hors de nos frontières. Seul regret, l’export français reste encore en dessous des attentes en termes de parité femmes-hommes puisque seulement 8 % des nouveautés certifiées sont portées par des femmes : Aya Nakamura, Angèle et Nej.

La langue française n’est pas une barrière à l’export

Présente dans 68 % des nouveautés certifiées, la langue française est de plus en plus présente dans les titres et albums certifiés (+14 % par rapport à 2021). La langue française est d’ailleurs portée par des artistes aujourd’hui incontournables en France comme à l’international. Aya Nakamura décroche 8 nouvelles certifications et passe notamment le seuil Platine avec son précédent album AYA (2020). Après un retour remarqué en octobre 2021 avec son single « Santé » (Diamant), l’artiste Stromae crée l’évènement avec son single « L’Enfer » en janvier 2022 (Diamant) puis avec la sortie de son album Multitude, qui sera double Platine à fin 2022. L’opus est accompagné par une tournée internationale d’envergure, avec entre autres une performance remarquée à Coachella en avril 2022. Avec la sortie fin 2021 de son deuxième album Nonante-Cinq, Angèle continue elle aussi à séduire l’audience internationale et voit son projet certifié Or avec plus de 80 000 ventes. L’artiste entame la tournée de Nonante-Cinq en 2022 avec un passage remarqué au festival Primavera et enchaîne en 2023 sa première tournée nord-américaine. Enfin, Zaz continue de porter la chanson française à travers le monde et son single « Que vendra » atteint le seuil Diamant à l’export.

Le rap domine pour la première fois les ventes à l’international, suivi de l’électro

Fait majeur de l’année 2022, le rap représente 38 % des nouveautés certifiées et devient ainsi le genre musical qui domine l’export. Parmi les artistes certifiés dans cette esthétique, Gazo s’est rapidement positionné comme un artiste majeur de la drill française. Son titre « Die » est certifié Or à l’export de même que ses deux albums KMT et Drill FR. Récent lauréat des Victoires de la musique 2023 pour JEFE, album le plus streamé en France en 2022, Ninho obtient quant à lui 3 nouvelles certifications albums et 5 nouvelles certifications singles. Dans le même temps, l’album QALF de Damso franchit un nouveau seuil et devient Platine à l’export, Niska obtient une certification Or pour son album Le monde est méchant et Orelsan décroche également une certification Or pour son album Civilisation.

Si la part de l’électro dans les succès à l’international est en baisse, les performances des artistes de ce genre restent parmi les plus impressionnantes et les plus internationales. Dans la continuité de ces dernières années marquées par le succès en Asie de son single « Easy Come » (6 fois Diamant), Antoine Chambe voit son single « Andalusia » rencontrer une belle visibilité en Europe de l’Est (certifié Platine). De même, avec plus de 3 milliards de streams, plusieurs hits européens et des tournées sur les plus grosses scènes de festivals, Ofenbach s’est progressivement imposé comme l’un des groupes français les plus exportés de ces dernières années, jusqu’à devenir officiellement l’année dernière le duo français le plus streamé à l’étranger. Avec 2,5 milliards de streams à l’export sur son répertoire, soit près de 80 % des volumes globaux, le groupe a réussi à asseoir un statut international sur des territoires tels que l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie ou encore les États-Unis.

Le numérique est central dans les stratégies de développement à l’international, mais on constate également un retour du physique

Les certifications export 2022 sont fortement marquées par l’essor du format vidéo. Il se positionne comme un outil de communication devenu incontournable, une manière supplémentaire pour chaque artiste de promouvoir sa musique par-delà les frontières. En 2022, le catalogue d’Indila a connu une exposition internationale exceptionnelle sur les plateformes vidéo telles que TikTok ou YouTube. La musique du groupe français Caravan Palace continue d’agréger une fanbase toujours plus large et plus jeune qui la relaie sur les formats courts de TikTok ou YouTube Shorts. Grâce à une tendance sur les réseaux sociaux à travers le monde (+1 M de créations sur TikTok), le célèbre « Me gustas tu » de Manu Chao a connu une croissance exponentielle depuis deux ans. Vendredi Sur Mer certifie 3 titres cette année, « Écoute chérie » (Platine), et « Les filles désir » et « La femme à la peau bleue » tous deux Or et principalement portés par leur viralité sur TikTok.

Les plateformes de streaming participent également activement au développement international des artistes français. À titre d’exemple, JAIN, dont le titre « Lil Mama » continue son ascension, a été fortement soutenue par le programme EQUAL Global de Spotify.

Si l’export de la musique enregistrée passe par le numérique, il est depuis peu également soutenu par des ventes physiques. Ainsi, l’album de Nicolas Jaar, Space Is Only Noise a surpassé de nombreuses nouveautés depuis sa sortie en 2011, et Christophe Mae est l’un des rares artistes français réalisant à l’export davantage de ventes physiques que de digital.

Enfin, post-covid, il est intéressant de noter que le live reprend son rôle de catalyseur des succès à l’export avec d’importantes tournées et une présence française renforcée sur des festivals internationaux majeurs. Après avoir enchaîné deux prestigieuses tournées en Amérique du Nord, le duo Polo & Pan enchaînera en 2023 avec une tournée en Amérique latine et se produira sur d’importants festivals (Lollapalooza au Chili, Argentine, Brésil et Estereo Picnic en Colombie). Il voit aujourd’hui ses 2 albums passer de nouveaux paliers : Cyclorama est certifié disque d’Or et Caravelle passe 2 fois Platine avec plus de 200 000 ventes.

L’export de la musique enregistrée française est sur une pente ascendante, et les performances à l’export de l’industrie musicale française sont aujourd’hui très encourageantes.

Toutefois, bien que le marché français de la musique ait suivi la tendance mondiale avec des revenus issus du streaming qui ont été multipliés par 5 en 10 ans (SNEP), il a perdu du terrain à l’échelle mondiale (il représentait 6 % des revenus mondiaux en 2011 et représente aujourd’hui 4,4 % de ces revenus selon les rapports annuels de IFPI).

Dans un contexte de mondialisation de la musique enregistrée, avec l’abolition des frontières grâce au digital et un accroissement de la concurrence des contenus, l’export de la musique française est un enjeu majeur de la filière et doit être une véritable préoccupation des pouvoirs publics. Le CNM entend ainsi renforcer son action tant sur le plan financier que non financier. La transformation de la chaîne de valeur nécessite en effet de nouveaux investissements, de nouvelles connaissances et compétences et le CNM doit pouvoir soutenir la formation et l’investissement financier dans la filière.