Communiqués

Le CA du CNM vote son schéma d’intervention 2022 à destination de la filière de la musique et des variétés

Alors que le Centre national de la musique s’apprête à fêter ses deux ans, le CA de l’établissement s’est réuni le 17 décembre pour voter son schéma d’intervention 2022 à destination de la filière de la musique et des variétés.

(c) Sincerely Media

En résumé – Face à des conditions sanitaires qui restent préoccupantes, les effets de la crise se font ressentir de manière prolongée pour de nombreux acteurs dans le champ d’action du Centre national de la musique. Le budget d’intervention 2022 du CNM, à hauteur de 194,1 M€ grâce au soutien du ministère de la Culture, comportera ainsi, en plus des programmes d’aides sectorielles et transversales pérennes, une part importante dédiée aux aides exceptionnelles de crise dans le cadre du plan France Relance. À travers ces dispositifs, l’établissement souhaite passer d’une logique de sauvegarde à une logique de relance en phase avec les nouveaux enjeux de la filière. Dans cette optique, il prévoit un accompagnement des acteurs en matière d’innovation, de transition écologique, d’équipement, par le moyen d’études, de formation professionnelle, de conseils ou encore de soutien financier à l’investissement. Dans ce contexte et afin de mener à bien sa politique d’intervention, le conseil d’administration du Centre national de la musique a également adopté une nouvelle composition de ses commissions d’attribution des aides.

I/ Adoption d’un budget d’intervention de 194,1 millions d’euros pour la relance de la filière de la musique et des variétés

Après deux années d’engagement soutenu aux côtés des professionnels de la musique et des variétés, le Centre national de la musique confirme pour 2022 un budget d’intervention ambitieux, réparti entre des dispositifs d’aides exceptionnelles pour accompagner les acteurs les plus fragiles dans la sortie de la crise sanitaire, et des dispositifs d’aides aux projets pour la relance du secteur :

  • 98,5 millions d’euros d’aides exceptionnelles dont 75 millions d’euros pour un Fonds exceptionnel d’accompagnement à la reprise d’activité du spectacle vivant afin de répondre à la baisse du chiffre d’affaires du secteur[1] ; une prolongation du Fonds de sécurisation des revenus des auteurs et compositeurs pour un montant de 20 millions d’euros et du Fonds de soutien aux éditeurs à hauteur de 3,5 millions d’euros, compte tenu du décalage de l’effet de la crise sur la collecte des droits des auteurs, compositeurs et éditeurs ;
  • 65,6 millions d’euros pour les aides récurrentes sectorielles et transversales, comprenant les enveloppes pérennisées au budget 2021 (30,3 millions d’euros) et, en complément, un redimensionnement exceptionnel pour la relance (35,3 millions d’euros) ;
  • ce budget permettra de soutenir l’ensemble des métiers de la filière : musique enregistrée (11,5 millions d’euros, dont 7,5 millions de redimensionnement), spectacle vivant (24,2 millions d’euros dont 11,5 millions de redimensionnement), disquaires indépendants (1 million d’euros dont 750 000 euros de redimensionnement), auteurs, compositeurs (3 millions d’euros dont 1 million d’euro de redimensionnement) et éditeurs (2 millions d’euros).
    • Il permettra également au CNM de mener à bien ses missions transversales : soutien au développement international (4,5 millions d’euros dont 2,75 millions d’euros de redimensionnement), action territoriale via les contrats de filière et les nouvelles conventions avec les collectivités territoriales (3,9 millions d’euros), égalité femmes/hommes (1,5 million d’euros dont 500 000 euros de redimensionnement), transition écologique (3,5 millions d’euros), autres aides transversales pour la structuration, le développement professionnel, l’innovation, la transition numérique (10,5 millions d’euros dont 4 millions d’euros de redimensionnement), etc.

NB : L’ensemble des mesures annoncées dans le présent communiqué feront l’objet de pages détaillées sur le site www.cnm.fr dès le début de l’année 2022, afin d’en préciser les modalités d’application.

II/ Mise en place d’une démarche globale d’accompagnement des acteurs face aux nouveaux enjeux de la filière

Le Centre national de la musique a réaffirmé lors de son conseil d’administration son ambition d’accompagner la filière pour identifier et relever les nombreux défis de transformation auxquels elle va devoir faire face. Ainsi, en complément de l’ensemble des dispositifs structurants déployés par l’établissement tels que la formation professionnelle, les études ou encore le conseil en innovation, le CNM a présenté pour 2022 :

  • un programme pluriannuel de soutien à l’investissement des diffuseurs de spectacles de 30 millions d’euros visant à soutenir les investissements engagés par les salles de spectacle et les festivals en matière de performance écologique, de sûreté, de sécurité sanitaire, de gestion du bruit et d’expérience spectateur, notamment numérique. Ce fonds pourra être territorialisé et ouvert à l’abondement des collectivités territoriales et de tout autre partenaire financier. Un rapport de préfiguration sera réalisé au premier semestre 2022 afin de préciser les modalités du dispositif, dans la concertation avec les professionnels, les services de l’État et des collectivités territoriales ;
  • une feuille de route transition écologique visant à « favoriser la contribution du secteur de la musique et des variétés à la politique de l’État en matière de protection de l’environnement et du développement durable »[2] à travers divers dispositifs d’études, de diagnostics, de formation, d’aides financières, de conseil et de sensibilisation. Cette feuille de route a été construite sur la base de concertations avec l’ensemble des acteurs de la filière (6 groupes de travail thématiques ayant réuni 100 participants entre mai et septembre 2021).

III/ Adoption d’une nouvelle composition des commissions spécialisées d’attribution des aides

Le conseil d’administration du CNM a adopté une nouvelle composition des commissions spécialisées chargées de donner un avis sur l’attribution des aides financières. Conformément aux principes adoptés lors du CA du 18 octobre 2021, les commissions réunissent à parité des femmes et des hommes issus des métiers, esthétiques, modèles économiques et parcours qui composent la diversité du secteur professionnel de la musique et des variétés. Les commissaires sont choisis au titre de leur expertise professionnelle et de leur sens de l’intérêt général.

Les commissions sont composées, au plus, de 18 titulaires et de 18 suppléants et comprennent un nombre égal de femmes et d’hommes.

NB : Les listes complètes des membres de commissions adoptées par le Conseil d’administration seront publiées sur le site Internet www.cnm.fr dès janvier 2022.


[1] En octobre 2021, la Direction des études du CNM prévoyait une perte de 80 % de chiffre d’affaires pour le spectacle vivant de musique et de variétés en 2021 par rapport à 2019. Etude à consulter ici.

[2] Loi no 2019-1100 du 30 octobre 2019 relative à la création du Centre national de la musique – article 1.